Entre Canada et Egypte

Tahani Rached

Entre Canada et Egypte

Découvrir le portrait

Égyptienne de naissance et de cœur, Tahani Rached a longtemps vécu au Québec, où elle tourne son premier film, dont le titre reste emblématique : Pour faire changement ! Celle qui voulait, enfant, être peintre, a eu raison de choisir la caméra pour dépeindre ses semblables, ses voisins, les femmes du camp d’à côté. Mais aussi les filles de la rue, qu’elle croque dans son merveilleux film El-Banate Dol, tourné dans les rues du Caire en 2008. Tahani aime indéniablement « être avec les gens, ce sont eux qui me permettent d’espérer ».

C’est en 1966 que Tahani Rached s’installe au Québec, où elle s’inscrit aux Beaux-Arts. Devenue animatrice sociale dans des quartiers ouvriers, elle en gardera visiblement une forte empreinte. Mais c’est le cinéma qui va gagner son cœur, et dès 1973, elle va suivre cette route. Une route qui, si elle la mène loin de ses origines arabes, en Haïti par exemple, va aussi la ramener en Égypte des années plus tard. Entre-temps, il y aura eu un long passage comme cinéaste à l’Office national du film du Canada, de 1981 à 2004.

Tahani ne recule devant aucun thème dit sensible : les travailleurs émigrés, et en particulier les Haïtiens émigrés au Canada, sont au cœur de Les Voleurs de jobs, un premier long-métrage destiné à démonter les poncifs et à faire reculer la peur. La guerre, l’exil, les questions d’identité et d’acculturation reviennent irriguer toute son œuvre. Car œuvre il y a, au fil des ans, à dépeindre ainsi ses concitoyens, où qu’ils soient, dans les bidonvilles comme dans les quartiers chics. À travers chants (2001), ou Soraida, une femme de Palestine (2003), autant de quêtes pour la beauté de l’âme.
« Je me contente de tendre l’oreille, une oreille grande ouverte pour entendre ce que les gens ont à raconter.
J’aime, moi-même, que l’on me raconte des histoires. Il faut juste, à chaque film, se reposer la question : Comment vais-je raconter cette histoire ? Prendre le temps de chercher, d’y répondre, et l’on découvre alors que chaque film a sa propre écriture. »

Alors Tahani tourne, à Beyrouth, qu’elle aime pour sa vitalité si particulière, et auquel elle rend un bel hommage dans Beyrouth, à défaut d’être mort, en 1983. Elle met en images et en chansons les ressources des plus démunis dans Au Chic Resto Pop en 1990, le combat d’un médecin du sida dans Médecins du cœur en 1993 ou les combats acharnés des urgentistes dans Urgence ! Deuxième souffle en 1999. Entre-temps, il y aura eu la parenthèse de Quatre femmes d’Égypte en 1997, un film réquisitoire pour la tolérance, une valeur chère à Tahani. Pour elle, si l’Occident affiche avec morgue un niveau de vie plus aisé, l’Orient, en revanche, a gardé plus ancré en lui le sens de la solidarité.

Tahani mène sa barque sans se soucier de ce qu’on en dira. Elle a cette très belle phrase, transmise par sa mère et sa grand-mère qui l’ont élevée : « Personne n’a le droit de t’enfermer dans son regard. » Est-ce pour cela qu’elle filme avec tant d’empathie les filles de la rue du Caire, qui affrontent leur destin avec force et volonté ?
« Je les admire, elles ne sont pas des victimes, elles font face ! »
On sent bien qu’elle admire ses protagonistes, elle qui a passé plus de trois mois sur les trottoirs cairotes avec les jeunes femmes, grâce à la complicité de Hind, une femme dévouée à cette cause. C’est seulement après qu’elle les a filmées…

Filmographie

  • 1982 La phonie furieuse
    le walkman traité de façon humoristique
  • 1983 Beyrouth! à défaut d'être mort
    les réfugiés palestiniens au Liban
  • 1985 Haïti, Québec
    portraits d'immigrants Haitiens
  • 1986 Bam Pay A! Rends-moi mon pays
  • 1987 Haïti, Nous là! Nou la!
  • 1990 Au chic Resto Pop
    un restaurant populaire de Montreal, traité en comédie musicale
  • 1993 Médecins du Coeur
    un médecin qui lutte contre le Sida
  • 1997 Quatre femmes d'Egypte
    une leçon de tolérance et d'engagement
  • 1999 Urgence! Deuxième soufflé
    suit des infirmières urgentistes
  • 2001 Entre chants
    la chorale de l' Ensemble vocal d'Outremont.
  • 2004 Soraida, une femme de Palestine
    le portrait d'une femme de Ramallah
  • 2006 Ces filles-là
    les filles des rues du Caire, au jour le jour
  • 2009 Voisins
    le quartier de Garden City, au Caire, et son évolution
  • 2012 De longue haleine
    le quotidien d'une famille égyptienne au fil des premiers mois de la révolution en 2011
Beyrouth, à défaut d'être mort

Beyrouth, à défaut d'être mort

Tahani Rached

Film intégral

Plaidoyer saisissant contre la guerre, témoignage poignant des rescapés libanais, notamment de ceux qui ont échappé aux massacres de Sabra et de Chatila, ce film saura intéresser non seulement les personnes concernées par la situation du (...)

Consulter la fiche

El banate dol (Ces Filles-Là)

El banate dol (Ces Filles-Là)

Tahani Rached

Extrait

Femmes-enfants, filles-mères, ces adolescentes du Caire vivent dans la rue et  sont doublement marginalisées. Leur existence, leur vie et les codes qu’elles adoptent défient le modèle social. Et pourtant Tata, Mariam, Abir et Donia nous (...)

Consulter la fiche

Haiti, nous là ! Nou la !

Haiti, nous là ! Nou la !

Tahani Rached

Film intégral

D'Haïti, des images et des témoignages qui décrivent le climat qui régnait lors des élections avortées du 29 novembre 1987. Une puissante police militaire au service d'un pouvoir despotique terrorise un peuple appauvri que l'on veut tenir (...)

Consulter la fiche

Soraida, une femme de Palestine

Soraida, une femme de Palestine

Tahani Rached

Film intégral

Rencontrer Soraida, c'est découvrir le véritable visage de la Palestine, un pays où les femmes ne sont pas toutes voilées, où les hommes ne parlent pas la langue de bois et où les enfants ne sont pas des bombes humaines. Soraida nous invite (...)

Consulter la fiche