Un des pères du cinéma direct

Michel Brault

Un des pères du cinéma direct

Découvrir le portrait

Dans les années 1960 émerge en Europe et sur le continent nord-américain l’aventure du « cinéma direct » ou « cinéma du vécu », qui révolutionne la conception du cinéma documentaire, et ouvre la voie à une forme moderne du cinéma, fiction comprise, plus spontanée et ouverte sur le monde. Michel Brault, le Québécois, reste le personnage central de cette effervescence.

Portrait par Jean-Paul Mathelier (février 2014)

Michel Brault est à cette époque le meilleur sur la planète pour libérer l’usage de la caméra et se permettre de filmer « du milieu et à hauteur d’homme ». La caméra à l’épaule, cet athlète invente la caméra qui marche, affichant cette volonté politique d’un cinéma qui doit s’ouvrir à un monde qu’il avait, à de rares exceptions près, ignoré.
Revendiquant la nécessité du travail en équipe réduite autonome et complice, Michel Brault, avec ses amis québécois, anticipe la démarche du cinéma direct synchronisé avec le magnétophone (Nagra). Cette démarche favorisera l’immersion dans le groupe humain, non pas que l’on filme, mais avec lequel on réalise le film en train de se faire.
Une attitude éthique qui s’affranchit du commentaire et de l’interview, pour faire advenir une parole vivante des êtres, jusqu’ici réduite au silence par le cinéma du passé.
Son complice de Pour la suite du monde, Pierre Perrault, lui rendra hommage avec ces mots : « Son œil qui marche, qui navigue, qui chevauche, qui roule, qui rampe. L’image du centaure s’impose à l’esprit. […] Michel, comme un centaure, pour décupler son humanité, prolonge l’œil et l’oreille et transforme en mémoire indélébile tout ce qui tombe sous le sens. »
Les limites de l’expérience documentaire amèneront Michel Brault à se saisir de la fiction pour exprimer des réalités que l’on ne peut filmer en direct. Les expériences du direct lui serviront à travailler les rôles des acteurs entre le « joué et le vécu ».

Michel Brault tournera souvent en France des documentaires, à la demande de ses amis Jean Rouch (Chronique d’un été) et Mario Ruspoli (Les Inconnus de la terre).
En Bretagne, il réalisera Les Enfants de Néant (1968), portrait d’un agriculteur qui embauche chez Citroën à Rennes. Pour la série Le Son des Français d’Amérique, avec André Gladu, il fera une escapade en Centre-Bretagne, à la rencontre des musiciens et chanteur traditionnels. Parmi eux, Manu Kerjean.

Michel Brault nous a quittés le 21 septembre 2013. Il était une fois de plus en voyage…

FILMOGRAPHIE

  • 1958 Les Raquetteurs
    Coréalisé avec Gilles Groulx
    Le petit documentaire qui bouleversera de façon définitive le cinéma du réel. Film qui séduisit Jean Rouch et noua leur amitié lors d’un séminaire organisé par Frances Flaherty, veuve de l’auteur de Nanouk l’Esquimau et de L’Homme d’Aran.
  • 1962 Pour la suite du monde
    Le chef-d’œuvre du cinéma direct, avec Pierre Perrault.
  • 1961 Chronique d'un été
    de Jean Rouch et Edgar Morin (collaboration de Michel Brault)
  • 1963 Pour la suite du monde
    Coréalisé avec Pierre Perrault
  • 1964 Geneviève
  • 1967 Entre la mer et l'eau douce
  • 1971 L’Acadie, l’Acadie
    Coréalisé avec Pierre Perrault
    Deuxième long-métrage de cinéma direct avec Pierre Perrault, sur la question de la minorité acadienne et de sa langue
  • 1974 Les Ordres
    Fiction traitée comme un documentaire sur la loi martiale imposée quelques semaines au Québec en 1974.
  • 1974 à 1980  Le son des Français d'Amérique
    Coréalisé avec André Gladu
  • 1988 L'Emprise
  • 1989 Les Noces de papier
  • 1991 Montréal vu par...
  • 1992 Shabbat Shalom!
  • 1994 Mon amie Max
  • 1999 Quand je serai parti... vous vivrez encore

Directeur de photographie

  • 1958 Les Mains nettes de Claude Jutra
  • 1963 À tout prendre de Claude Jutra
  • 1967 Entre la mer et l'eau douce de Michel Brault
  • 1967 Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir
  • 1969 Entre tu et vous de Gilles Groulx
  • 1970 Un pays sans bon sens ! de Pierre Perrault
  • 1973 Kamouraska de Claude Jutra
  • 1972 Le Temps d'une chasse de Francis Mankiewicz
  • 1971 Mon oncle Antoine de Claude Jutra
  • 1979 Mourir à tue-tête d'Anne Claire Poirier
  • 1980 Les Bons Débarras de Francis Mankiewicz

Scénariste

  • 1967 Entre la mer et l'eau douce
  • 1991 Montréal vu par...

Montage

  • 1967 Entre la mer et l'eau douce

 

L'Acadie, l'Acadie ?!?

L'Acadie, l'Acadie ?!?

Michel Brault / Pierre Perrault

Film intégral

Long métrage documentaire tourné dans les coulisses de l’action à l’Université de Moncton (Nouveau-Brunswick), théâtre du réveil acadien de la fin des années 1960. Dans une province où 40 pour cent des gens s'expriment en français, le (...)

Consulter la fiche

Le beau plaisir

Le beau plaisir

Michel Brault / Pierre Perrault

Film intégral

Court métrage sur la pêche aux marsouins à l'Île-aux-Coudres, au Québec. Avec un art suprême, les habitants tendent un piège en forme de cœur, où le marsouin s'engouffre et finit par s'échouer... C'est à ce beau plaisir de la capture du (...)

Consulter la fiche

Les raquetteurs

Les raquetteurs

Michel Brault / Gilles Groulx

Film intégral

Considéré comme le précurseur du cinéma direct, ce documentaire relate les rites entourant un congrès annuel de raquetteurs à Sherbrooke, à la fin des années 1950. Spontané, il instaure un nouveau rapport au réel et présage de la (...)

Consulter la fiche

Pour la suite du monde

Pour la suite du monde

Michel Brault / Pierre Perrault

Film intégral

Documentaire poétique et ethnographique sur la vie des habitants de l'Isle-aux-Coudres, au Québec. Celle-ci est rendue d'abord par une langue, verte et dure, toujours éloquente, puis par le récit de la légendaire pêche au marsouin. Un (...)

Consulter la fiche