Del otro lado, de l'autre côté...

Franck Beyer

Del otro lado, de l'autre côté...

Découvrir le portrait

Ce réalisateur et producteur atypique ne cesse d’aller fureter, et même mieux : filmer « de l’autre côté ». L’envers du décor, derrière le mur, au-delà de la frontière. Curieux et créatif, il invente avec d’autres des ateliers de films d’animation des deux côtés de la frontière Mexique - États-Unis. Il relie cela à un séminaire, il interroge inlassablement les imaginaires et réalités sociales de cette frontière. Et nous offre, ce faisant, un Mexique populaire qu’il filme avec gourmandise !

Le début du scénario de « Franck Beyer documentariste » ?


Une envie de partir avec une caméra-stylo pour mener une étude de sociologie lorsque j’étais étudiant. L’ennui d’être un « rat de BU » – de bibliothèque universitaire – et le désir de me frotter à la diversité du monde sont certainement les facteurs déclencheurs. J’ai aimé filmer les hommes et les femmes rencontrés en Amérique latine. Depuis, je ne cesse de garder des liens avec le Mexique pour tenter d’en montrer la richesse et la diversité humaine.

Le Mexique ? Mais quel Mexique ?


Le Mexique qui attire mon attention est un peu différent de celui que nous renvoient nos journaux. Mon Mexique, même si je suis bien conscient d’y rester toujours un étranger, est populaire. Loin des narcotrafiquants et de l’affaire Florence Cassez. Oui, je préférerai toujours vous raconter comment la nourriture tient une place centrale dans une journée de Mexicain. La différence de croquant entre les fajitas de blé et celles de maïs. Comment, à chaque coin de rue, c’est une autre odeur qui vient vous chatouiller les narines. Je vous dirai l’engouement de mamies qui vont suivre les combats de catch, que j’ai filmés dans La Fièvre des arènes, en 2011. Les couleurs des marchés. Le mythique peyotl. La barrière surréaliste entre ce pays et les États-Unis. Les foulards et slogans colorés du Chiapas, mais aussi les luttes moins connues de ceux de Oaxaca… Le pays du réalisme magique.

Cet intérêt pour le Mexique ne va-t-il pas s’émousser ?


Non, j’y ai habité sur des périodes plus ou moins longues, depuis quinze ans. Mon épouse est mexicaine, mon fils aussi donc. J’y reviendrai toujours. Une terre d’accueil, une terre de surprises. J’y prépare mon prochain film. Il se situe au cœur du désert, endroit insolite qui a permis à Vincent, un Européen échoué là, de reconstruire sa vie en harmonie avec lui-même. Je n’en oublie pas pour autant la misère, les narco, les violences urbaines, la corruption…

En 2005, vous choisissez d’accompagner l’équipe du Festival de cinéma de Douarnenez qui prépare une édition sur la frontière Mexique - États-Unis. Ce sera le film des Identités au pied du mur. Une étape ?


Une étape, parce que ce film a été le catalyseur d’autres projets. Il fut tout d’abord le prétexte à de belles rencontres humaines, avec des chercheurs du Collège de la Frontera Norte, en particulier Norma Iglesias-Prieto, spécialiste de cette frontière. Avec des réalisateurs attachants : Yolanda Cruz, Indienne Chatina ; Javier Sámano Chong, qui se consacre à la vidéo indigène ; Carlos Sandoval, cinéaste chicano qui travaille depuis New York ; Alex Rivera, auteur du génial Why Cybraceros ? Mais aussi un tenancier de guinguette sur la plage de Tijuana, un restaurateur chicano de Los Angeles…
Nous avons ensuite monté ce projet, « De l’autre côté de la ligne » : des ateliers de films d’animation pour des enfants de part et d’autre de la frontière, à San Diego et à Tijuana. Une exposition photographique, un séminaire, toujours avec Norma Iglesias, sur « création culturelle et frontières », à Rennes en 2010…

Et puis un nouveau métier ?


Oui, producteur au sein de Les Films de l’autre côté, depuis 2007. L’envie d’aider d’autres cinéastes à aller voir derrière le décor, à l’envers des clichés, derrière les mots… Moi, j’ai toujours creusé ce même sillon, avec Pa’l Norte en 2006, Ceux d’en face, en 2009… Aujourd’hui, j’accompagne aussi les projets des autres et c’est enthousiasmant.

D’autres passions ?


Je participe à l’aventure collective de Comptoir du Doc, je programme aux Champs Libres à Rennes, je cuisine volontiers le poulet au mole, une sauce au cacao bien épicée… mexicaine !

Filmographie

  • 2011 La fièvre des arènes
    Documentaire - 26 min. Prod.: Les Films de l’Autre Côté.
  • 2009 Ceux d’en face
    Documentaire - 26 min. Prod.: Les Films de l’Autre Côté.
  • 2006 Pa’l Norte Entretiens sur la migration Mexicaine
    Documentaire - 23 min. Prod. : Les Films de l’Autre Côté
  • 2005 Les identités au pied du mur
    Documentaire - 52 min. Prod.: Kalanna Production
  • 1997 L’organisation des communautés Soltèques
    Documentaire - 26 min. Prod. : Visions du monde
Ceux d'en face

Ceux d'en face

Franck Beyer

Film intégral

Un mur de fer et de béton symbolisant la distinction Nord/Sud marque la séparation entre Tijuana et San Diego. Ces deux villes jumelles sont le lieu de passage le plus fréquenté au monde. « Ceux d’en face » nous plonge dans l’univers de (...)

Consulter la fiche

La fièvre des arènes

La fièvre des arènes

Franck Beyer

Bande annonce

Chaque semaine, au cœur de la ville de Mexico, le « Conseil Mondial de Lucha Libre » présente des combats de catch. Pour le public, les catcheurs représentent bien plus que de simples sportifs insolites ; ce sont de véritables héros qui (...)

Consulter la fiche

Les identités au pied du mur

Les identités au pied du mur

Franck Beyer

Film intégral

Regard sur les échanges interculturels, à l'occasion de la 28e édition du festival de Cinéma de Douarnenez : Mexicains aux USA,  en suivant Erwan Moalic et Caroline Troin, co-directeurs du festival. Nous découvrons l'esprit loin des (...)

Consulter la fiche