Pionnière Abénaki

Alanis Obomsawin

Pionnière Abénaki

Découvrir le portrait

Réalisatrice abénaki du Canada, mondialement connue pour ses films sur la crise d’Oka survenue en 1990, qui opposa la nation Mohawk au gouvernement canadien, Alanis Obomsawin aime aussi à nous raconter des histoires qui portent l’espoir en germe. Les relations familiales, les questions d’éducation et sociales sont au cœur de son œuvre.
Avec plus d'une trentaine de films, elle a su nous offrir un nouveau paysage autochtone. Connue pour son franc-parler, prolifique et luttant sur tous les tableaux, Alanis a largement contribué à rectifier l’image de l’Indien au cinéma.

Son peuple la surnomme « Ka-li-la-wato », « Celle qui nous rend heureux ».
Membre de la nation Abénaki, Alanis Obomsawin naît et passe son enfance dans la réserve d’Odonak, située à quelque 113 km au nord-est de Montréal. Elle y vit jusqu’à l’âge de 9 ans, quand ses parents déménagent à Trois-Rivières. La transition du milieu rural au milieu urbain s’avère très difficile car, en plus d’être coupée de son milieu naturel, elle ne parle ni anglais ni français.
Au début des années 1960, Alanis Obomsawin commence à se faire connaître par ses chansons et sa façon de raconter des histoires ; elle s’efforce de préserver et de maintenir l’histoire et la culture des peuples amérindiens du Canada. En 1960, elle débute au Town Hall, à New York. On peut également la voir dans l’émission Sesame Street et à travers de nombreuses tournées au Canada, aux États-Unis et en Europe.
En 1967, l’Office national du film du Canada (ONF) lui demande d’agir en tant que conseillère pour un film sur les autochtones. Depuis lors, elle partage son temps entre les spectacles et la réalisation ainsi que la production de films. Elle réalise et produit de nombreux films et compose deux ensembles multimédias, Nanowan et Liliwat, en coopération avec différentes nations indiennes. En particulier, elle réalise et produit Sounds from our People, une série de six émissions destinées à la télévision éducative canadienne. Puis, à l’ONF, elle produit, réalise et scénarise documentaire sur documentaire, « pour que nos peuples aient un endroit où se faire entendre, pour montrer et faire comprendre l’injustice faite à nos gens ».
Une quinzaine de films au tableau de cette cinéaste amérindienne qui mène son combat sur plusieurs fronts : films, conférences d’école ou d’université, concerts, gravures et expositions…
En 1971, Alanis achève son premier film, Christmas at Moose Factory. Son deuxième film, Mère de tant d’enfants (1977), est un projet auquel elle tient énormément, et ce, dès le début. Alanis y retrace le cycle de la vie – naissance, enfance, puberté, jeunesse, maturité, vieillesse – en nous présentant des filles et des femmes de bon nombre des premières nations du pays. C’est un album de famille, un album de la féminité autochtone…

Plus tard, ses films traitent davantage de politique et de société, à commencer par Les Événements de Restigouche (1984), un film important pour Alanis, car il est l’un des premiers à révéler sa force de caractère.

Alanis Obomsawin entreprend ensuite une autre œuvre importante, Richard Cardinal : le cri d’un enfant métis (1986), qui porte un regard poignant sur la courte vie d’un adolescent métis qui s’est suicidé après avoir fait 28 foyers d’accueil et maisons d’hébergement.

Par la suite, Alanis fera bien d’autres films ; tous traitent du travail d’institutions autochtones au service des autochtones. Viennent ensuite les événements d’Oka, une crise survenue l’été 1990, et la série de films autour de cet affrontement : le plus connu reste Kanehsatake : 270 ans de résistance, qui a fait le tour de la planète.

Parmi ses derniers films, La Couronne cherche-t-elle à nous faire la guerre ? (2002), qui dépeint la violence et les tensions raciales au Nouveau-Brunswick, puis en 2003 La survie de nos enfants et en 2006, Waban-Aki : peuple du soleil levant.

En 2007, Alanis nous offre Gene Boy revient chez lui, sur un vétéran de la guerre du Vietnam. Puis en 2012, Le Peuple de la rivière Kattawapiskak, qui analyse en profondeur la crise du logement qui frappe les autochtones de l’Ontario.
Enfin, en 2013, Hi-Ho Mistahey !, un film qui remet l’espoir au cœur de l’œuvre d’Alanis Obomsawin et qui rend hommage à la jeune Shannen Koostachin, tuée dans un accident de voiture en 2010 et qui militait pour une éducation équitable. Un rêve qui a été porté collectivement jusqu’aux Nations unies de Genève.
Alanis Obomsawin maîtrise décidément l’art de raconter des histoires !

Bird Runningwater, programmateur des initiatives autochtones au Festival du film de Sundance, en Californie, donne une perspective autochtone du style d’Alanis :
« Les films d’Obomsawin corrigent l’exclusion historique de l’image autochtone dans les films, dont la vaste majorité ont été créés sans l’assentiment et le plus souvent sans le contrôle de l’autochtone dont l’image est utilisée par les médias. Je crois vraiment qu’Alanis se sert de ce média pour rétablir les faits et donner une voix à beaucoup de gens qui, historiquement, n’avaient pas cette possibilité. »

Filmographie

  • 1971 Christmas at Moose Factory
  • 1972 L'Histoire de Manowan
  • 1977 Amisk
  • 1977 Mère de tant d'enfants
  • 1979 Canada vignettes : le riz sauvage
  • 1979 Gabriel Goes To The City
  • 1980 Canada Vignettes: June in Povungnituk - Quebec Arctic
  • 1984 Les événements de Restigouche
  • 1986 Richard Cardinal : le cri d'un enfant métis
  • 1987 La Maison Poundmaker : la voie de la guérison
  • 1988 Sans adresse
  • 1988 A Way of Learning
  • 1991 Le Patro Le Prévost : 80 ans après
  • 1992 Walker
  • 1993 Kanehsatake : 270 ans de résistance
  • 1996 Je m'appelle Kahentiiosta
  • 1997 Spudwrench : l'homme de Kahnawake
  • 2000 Pluie de pierres à Whiskey Trench
  • 2002 La couronne cherche-t-elle à nous faire la guerre?
  • 2003 La survie de nos enfants
  • 2005 Sigwan
  • 2006 Waban-Aki : peuple du soleil levant
  • 2007 Gene Boy revient chez lui
  • 2012 Le peuple de la rivière Kattawapiskak
  • 2013 Hi-Ho Mistashey !
  • 2014 Ruse ou traité ?
  • 2016 On ne peut pas faire deux fois la même erreur

 

Plus d'informations sur Alanis Obomsawin et les peuples autochtones du Canada :

Hi-Ho Mistahey !

Hi-Ho Mistahey !

Alanis Obomsawin

Bande annonce

L’histoire du « Rêve de Shannen », une campagne nationale pour que les enfants des Premières Nations aient accès à une éducation équitable et à des écoles sécuritaires et adéquates.

Consulter la fiche

Je m'appelle Kahentiiosta

Je m'appelle Kahentiiosta

Alanis Obomsawin

Film intégral

Kahentiiosta était à Kanehsatake, du début à la fin de la crise. Le film décrit ce qu'elle y a vécu, puis surtout sa comparution au tribunal parce que le Procureur général n'acceptait pas son nom mohawk et enfin sa vie et celle d'autres (...)

Consulter la fiche

Kanehsatake, 270 ans de résistance 1993

Kanehsatake, 270 ans de résistance 1993

Alanis Obomsawin

Film intégral

La confrontation historique, qui a propulsé les problèmes des autochtones de Kanehsatake et du village d'Oka au Québec au premier plan de la scène internationale et de la conscience des Canadiens, en 1990. 78 jours et nuits angoissants derrière (...)

Consulter la fiche

La Couronne cherche-t-elle à nous faire la guerre?

La Couronne cherche-t-elle à nous faire la guerre?

Alanis Obomsawin

Film intégral

Long métrage documentaire sur la petite communauté autochtone d'Esgenoopetitj, ou Burnt Church, au Nouveau-Brunswick, à qui le gouvernement canadien semble avoir déclaré la guerre à l’été 2000. Comment expliquer cette attaque? Pourquoi des (...)

Consulter la fiche

La Maison Poundmaker - La Voie de la guérison

La Maison Poundmaker - La Voie de la guérison

Alanis Obomsawin

Film intégral

Le Poundmaker's Lodge, à Edmonton, est un centre de réhabilitation pour alcooliques et toxicomanes autochtones. Aidés par leurs semblables et renouant avec les traditions et les valeurs chères à leur peuple, ils y apprennent à redécouvrir (...)

Consulter la fiche

La survie de nos enfants

La survie de nos enfants

Alanis Obomsawin

Film intégral

Dans ce long métrage documentaire, la cinéaste et artiste autochtone Alanis Obomsawin démontre la détermination et la ténacité du peuple mi'gmaq de Listuguj qui désire gérer lui-même les ressources naturelles de son territoire traditionnel. (...)

Consulter la fiche

Le peuple de la rivière Kattawapiskak

Le peuple de la rivière Kattawapiskak

Alanis Obomsawin

Film intégral

La chef d'une communauté Crie demande l'aide de la Croix Rouge pour gérer la crise du logement qui frappe les siens. Retour en images sur les aspects de la crise sur fond de revendications du mouvement Idle No More, par la réalisatrice Alanis (...)

Consulter la fiche

Les événements de Restigouche

Les événements de Restigouche

Alanis Obomsawin

Film intégral

Un événement de brutalité policière survenu à Restigouche, au Québec. Juin 1981 : une affaire de règlements de pêche au saumon met le feu aux poudres. 550 policiers provinciaux envahissent une réserve micmac où vivent 150 Amérindiens et (...)

Consulter la fiche

Mère de tant d'enfants

Mère de tant d'enfants

Alanis Obomsawin

Film intégral

Un album de témoignages de femmes indiennes et inuit dépeignant une société matriarcale à qui, depuis des siècles, on a voulu imposer des habitudes et des coutumes étrangères.

Consulter la fiche

Pluie de pierres à Whiskey Trench

Pluie de pierres à Whiskey Trench

Alanis Obomsawin

Film intégral

Le 28 août 1990, un convoi de 75 voitures quitte le village mohawk de Kahnawake et traverse le pont Mercier en direction de Montréal, où il tombe sur une foule en colère qui lui lance des pierres. Les cibles de cet acte de violence sont les (...)

Consulter la fiche

Richard Cardinal : le cri d'un enfant métis

Richard Cardinal : le cri d'un enfant métis

Alanis Obomsawin

Film intégral

Enlevé de son foyer à l'âge de 4 ans, à cause de problèmes familiaux, Richard Cardinal, un métis, s'est suicidé en 1984 à l'âge de 17 ans. Pendant sa courte et tragique existence, il a changé vingt-huit fois de domicile, allant de foyers (...)

Consulter la fiche

Sans adresse

Sans adresse

Alanis Obomsawin

Film intégral

Montréal compte approximativement douze mille sans-abri. Parmi eux, un nombre croissant de jeunes autochtones venus à la ville avec des espoirs vite déçus. Pour se payer un lit, ils s'adonnent à la mendicité et à la prostitution; pour oublier (...)

Consulter la fiche