L'Algérie au cœur

Abdenour Zahzah

L'Algérie au cœur

Découvrir le portrait

Abdenour Zahzah est né en 1973 à Blida (Algérie), et il aime à revenir dans cette ville si singulière. Blida, ville des roses, ville qui accueillit Frantz Fanon en 1953, ville durement éprouvée lors de la décennie noire. Pourtant, Abdenour ne pourrait se contenter de Blida, puisque curiosité et recherches font qu’il va toujours chercher un peu plus loin. Ce qui ne l’empêche pas de rester fidèle à des thèmes ou à des auteurs croisés sur son chemin.

Blida inspire manifestement Abdenour Zahzah. Il va d’ailleurs prendre la direction de sa Cinémathèque entre 1998 et 2003. C’est en 2002 qu’il va tourner au sein de son hôpital psychiatrique, en complicité avec le médecin-chef de service Bachir Ridouh, son premier film documentaire, Frantz Fanon : mémoire d’asile. La figure de Fanon ne cesse d’accompagner Zahzah depuis, et il envisage une adaptation en fiction des années algériennes de ce grand psychiatre et essayiste français d’origine martiniquaise.

À l’occasion du tournage, il rencontre François Maspero, dont le roman L’Honneur de Saint-Arnaud l’inspire également beaucoup. Là encore, Abdenour revient souvent à l’œuvre de Maspero, avec qui il noue une solide amitié.

Un autre écrivain va également l’influencer : c’est Maurice Pons, auteur entre autres du magnifique Les Saisons, rencontré au cours d’une résidence au Moulin d’Andé. Zahzah esquisse ce personnage atypique dans Maurice Pons, écrivain de l’étrange.
C’est à Blida encore qu’il tourne Sous le soleil le plomb, une balade culturelle et littéraire, avec en filigrane l’histoire de la librairie et imprimerie Mauguin, une institution qui date de 1857. 

Entre 2003 et 2006, il effectue de longs voyages en France. D’autres sujets vont éclore : parmi eux, Le Non-Faire, qui a pour sujet l’art marginal en banlieue parisienne. Revenu en Algérie, et bien décidé à y travailler en toute autonomie, Abdenour réalise pour le compte du deuxième Festival panafricain d’Alger, en 2009, un film autour du développement de l’Afrique intitulé La Longue Marche vers le Nepad et tourné dans quatre pays : Algérie, Afrique du Sud, Burkina Faso et Sénégal.

En 2010, la première fiction d’Abdenour sera un succès et tournera aux quatre coins du monde : Garagouz ou le Marionnettiste est un clin d’œil admirable à tous les maux qui ont accablé ou accablent encore l’Algérie. Ellipses et simplicité en font tout le charme.

Andalucia, réalisé en 2011, croise plusieurs voyages : à travers les poésies de ce chant médiéval connu sous l’appellation de « musique andalouse », écrites entre le VIIIe et le XVIIIe siècle ; dans plusieurs villes d’Algérie où cette musique est venue s’enraciner ; enfin à travers les différentes parties de la nouba, symphonie andalouse.

El oued, el oued est un film plus personnel, tourné en 2012. Une déambulation au cœur de la société algérienne, sous le prétexte de descendre un cours d’eau de sa source à son embouchure.
L’occasion pour le discret réalisateur de rencontrer un ailleurs algérien qui ne se livre pas facilement.

Filmographie

  • 2002 Frantz Fanon, Mémoire d'asile
  • 2005 Sous le soleil de plomb
  • 2007 Le Non-Faire
  • 2007 Maurice Pons, Écrivain de l'étrange
  • 2009 La Longue Marche vers le Nepad
  • 2010 Garagouz (Marionnettes)
  • 2011 Andalucia
  • 2013 El oued, el oued
El Oued, El Oued

El Oued, El Oued

Abdenour Zahzah

Bande annonce

Voyage au fil de l’oued Sidi El K’bir qui prend ses sources dans l’Atlas blidéen à 1525 m d’altitude. A travers la plaine de la Mitidja, le Mazafran, entre la wilaya d’Alger et celle de Tipasa, toute une étonnante suite de rencontres (...)

Consulter la fiche

Frantz Fanon, mémoire d'asile

Frantz Fanon, mémoire d'asile

Abdenour Zahzah

Extrait

Portrait du psychiatre et théoricien révolutionnaire Frantz Fanon. Né en 1925 à la Martinique, il fut résistant au pétainisme colonial, psychiatre noir chez les blancs de métropole, puis en Algérie, membre du FLN, poète, écrivain... (...)

Consulter la fiche