Coup de coeur

Les Rebelles de la Vallée


De peur que les "marronniers" sur le prix des cartables ne dissipent pour un moment  des questions d'actualité et pour mettre en avant la nouvelle rubrique Migrations nous vous proposons de visionner Les Rebelles de la Vallée. Direction la Vallée de la Roya, près de la frontière italienne, avec ce documentaire de la BBC qui se focalise sur Cédric Herrou. Ce paysan a fait plusieurs fois l’actualité ces derniers mois, suite à plusieurs condamnations pour avoir hébergé des migrants.

Cette frontière franco-italienne est un endroit stratégique, un point de passage pour tous ceux qui veulent gagner Calais et l’Angleterre. Ceux qui échouent à la traverser recommencent parfois des dizaines de fois. Les habitants de la vallée font face, tant bien que mal, à cette situation qui les dépassent. Et s'organisent, malgré la pression des autorités. Une solidarité naturelle, face à un sentiment de déshumanisation des migrants, pour aider ceux qui cherchent à fuir la misère et la guerre.

N’oubliez pas d’activer les sous-titres pour profiter de cette bonne grosse dose d’humanité.

Lettre d'amour au soldat


Pour aborder, encore, la frontière, voyage épistolaire en Papouasie, avec Lettre d'amour au soldat, une vidéo-lettre d'une jeune femme papoue à un soldat indonésien avec qui elle a eu une petite fille lorsqu'il était basé à la frontière. Un travail tout en finesse et en douceur, une plongée dans le quotidien d'une femme qui raconte ses espoirs et ses difficultés à l'homme parti, de l'autre côté...

Lettre d'amour au soldat, c'est un regard aussi sur ce poste frontière aux limites de la province et du district, qui rend la vie et les trajets difficiles, et sur les relations entre papous et indonésiens. Une zone isolée et contrôlé, une zone de tension et de métissage... Une lettre d'amour donc, qui nous emmène des sentiments à la politique. Une lettre tragique qui parle en demi-teinte de l'exploitation des sols et des ressources par la présence indonésienne et d'une frontière immatérielle entre les peuples, les genres, qui fait se heurter les rêves à la réalité. Frontière ne rime pas toujours avec amour !

Another Life


Cette année, le festival de cinéma de Douarnenez est consacré aux Frontières. Bed vous propose de partir à la découverte des ces zone d'échanges et ces territoires particuliers en arpentant le planisphère des films en ligne. Zoom sur la frontière Iran/Iran avec Another Life de Jamal Penjeweny, un des participant aux ateliers Doku menés par BaudoinKoenig et Fulvia Alberti.

Another life, sur le quotidien des contrebandiers qui passent et repassent la frontière Iran-Irak au péril de leur vie. Une frontière espace d'échange et de contrôle, zone de risque et seul refuge des misérables. On y rencontre plusieurs de ces contrebandiers qui de nuit, chargent leurs chevaux de cartons d'alcool et traversent la montagne pour vendre de la vodka aux Iraniens qui à leur tour en font un trafic de leur côté de la frontière. Ces hommes disent leurs blessures, leur colère, leur désespoir, face caméra, sans tabou pour leur métier illégal et dangereux, racontent la famille qui les renie, la misère qui les épuise, et, à la nuit tombée, s'en vont braver la mort et les douaniers. Frontière, encore une fois, rime avec cimetière.

Pour découvrir les coulisses du film, regardez aussi DOKU OFF, sur les ateliers de réalisation au Kurdistan Irakien.

Dans la maison de Vania


Voyage chez deux vieillards russes, au Tadjikistan. Tourné en 1989, Duo, ce beau court-métrage en noir et blanc est signé Gulya Mirzoeva, une réalisatrice dont vous pouvez retrouver l'interview sur Bed. Avec douceur, elle nous emmène dans l'intimité et le passé de Vania, vieil homme solitaire.

Dans la maison aussi décrépie que lui, un jeune chat, aussi noir que la barbe du vieux est blanche, joue pendant qu'il rassemble ses souvenirs. En ouvrant une vieille boîte rouillée, une histoire d'amour ressurgit, au travers de photographies d'un autre temps et de lettres jamais ouvertes, arrivées trop tard. Ensemble, le vieil homme et son chat arpentent les rues de la ville, fuyant les regrets, à la recherche de leur printemps … Un film doux, tendre et cruel, un petit poème tadjik. Vous pouvez voir et revoir sur Bed les autres films de Gulya Mirzoeva, une des rares à filmer ce coin du monde.

Le monde va nous prendre pour des sauvages


A nouveau, avec Le monde va nous prendre pour des sauvages,  focus sur un film sans paroles. Une plongée dans l'enfance des jeunes micmacs de la réserve Maria, dans la Baie-des-Chaleurs. Encore une fois, un poème.

Porté par la musique planante, ce court-métrage muet nous plonge en immersion dans les jeux et le quotidiens des enfants de la réserve, qui courent, jouent et se battent comme les autres. Mais qui n'osent pas montrer les poupées qu'ils fabriquent avec trois bouts de ficelle : Le monde va nous prendre pour des sauvages. Le film pourtant, illustre le contraire, jouant avec subtilité sur les texture, les symboles et le montage, ouvrant grand la porte du rêve et de l'imagination, évoquant la transmission d'une mémoire et d'une spiritualité ancestrales …