Coup de coeur

Dans la maison de Vania


Voyage chez deux vieillards russes, au Tadjikistan. Tourné en 1989, ce beau court-métrage en noir et blanc est signé Gulya Mirzoeva, une réalisatrice dont vous pouvez retrouver l'interview sur Bed. Avec douceur, elle nous emmène dans l'intimité et le passé de Vania, vieil homme solitaire.

Dans la maison aussi décrépie que lui, un jeune chat, aussi noir que la barbe du vieux est blanche, joue pendant qu'il rassemble ses souvenirs. En ouvrant une vieille boîte rouillée, une histoire d'amour ressurgit, au travers de photographies d'un autre temps et de lettres jamais ouvertes, arrivées trop tard. Ensemble, le vieil homme et son chat arpentent les rues de la ville, fuyant les regrets, à la recherche de leur printemps … Un film doux, tendre et cruel, un petit poème tadjik. Vous pouvez voir et revoir sur Bed les autres films de Gulya Mirzoeva, une des rares à filmer ce coin du monde.

Le monde va nous prendre pour des sauvages


A nouveau, avec Le monde va nous prendre pour des sauvages,  focus sur un film sans paroles. Une plongée dans l'enfance des jeunes micmacs de la réserve Maria, dans la Baie-des-Chaleurs. Encore une fois, un poème.

Porté par la musique planante, ce court-métrage muet nous plonge en immersion dans les jeux et le quotidiens des enfants de la réserve, qui courent, jouent et se battent comme les autres. Mais qui n'osent pas montrer les poupées qu'ils fabriquent avec trois bouts de ficelle : Le monde va nous prendre pour des sauvages. Le film pourtant, illustre le contraire, jouant avec subtilité sur les texture, les symboles et le montage, ouvrant grand la porte du rêve et de l'imagination, évoquant la transmission d'une mémoire et d'une spiritualité ancestrales …

L'autre élection


Si vous en avez marre du climat électoral français, prenez le large sur Bed. Partez à la découverte de L'autre élection, un web-documentaire tourné en 2012 sur la prise de pouvoir en Papouasie Nouvelle Guinée, un des pays les plus corrompus au monde.

Tirant le portrait des six candidats, le réalisateur Igal Kohen alterne entre images d'archives, animations et interviews pour laisser au spectateur un espace de découverte ludique … et glaçant. Des cartes postales sonores pour s'immerger dans l'univers de l'archipel, des quizz pour en découvrir l'économie et le système politique, du texte pour faire le point, des mini-reportages à la rencontre des candidats : riche et varié, ce web-documentaire ressemble à un thriller politique plus vrai que nature. Les personnages (la Marraine de la Province, le Patron du District, l'Outsider des Bidonvilles, l'Honorable Gouverneur, le Rival et le Businessman …) y ont quelque chose d'universel, et les problématiques politiques ne sont pas sans faire écho à celles qui semblent avoir envahi nos ondes et nos écrans …

Les bretons boulèguent !


Le raggalette, ou comment faire swinguer les archives. Sur Bed, on aime aussi se trémousser en regardant des bigoudènes faire du vélo sur une musique qui fleure bon le kouign-amman!

La Bretagne entame la saison des festivals : la musique bretonne se décline, se métisse, se décale ... et c'est pas nouveau. En 1995, l'équipe des Raggamins faisait scandale en utilisant pour leur clip des images d'archives bretonnes. Du fest-deiz au billig, en passant par le gouren et les processions du pardon, le montage rythmé et décalé fait sourire, puis s'esclaffer ! Cinq minutes de culture bretonne en accéléré, sur fond de rimes riches (en calories!): «non non non je ne veux pas de margarine, je veux du beurre sur les platines»

Un régal !

Sans voix


Les mots aujourd'hui nous envahissent. Fabriquent des murs et des frontières, des écrans de fumée derrière lesquels on peine à percevoir la réalité. C'est sûrement parce qu'elle a compris que le silence peut aussi en dire long que Salome Jashi a choisi de tourner Dadumebulebi sans paroles.

Un film qui laisse sans voix sur les réfugiés d'Abkhazie, cette région située entre la Géorgie et la Russie, réclamant son indépendance et zone d'un conflit qui la dépasse. Douze longues minutes de silence qui nous confrontent à des regards fixes ou fuyants, tristes ou déterminés … des regards auxquels l'absence de mots ou de musique donne toute leur présence, et leur puissance. Les plans sont fixes, égrènent les secondes, dérangent. Prenons le temps d'écouter le silence, il a des choses à nous dire quand il est porté par ceux qui n'ont pas de voix.