Actualités

Les Aborigènes au FIL : ne pas les manquer le 9 août !


Catégories : Peuples

Le Festival Interceltique de Lorient ouvre ses portes ce vendredi 5 août, avec comme invité d’honneur l’Australie. Pour ceux qui comme nous sont passionnés de diversité culturelle, c’est l’occasion de revisiter, aux côtés d’une Australie blanche et anglo-saxonne, l’Australie noire des origines, le monde aborigène. Le 9 août à 15h15, dans le cadre de CinéFIL, Charles Quimbert, directeur de Bretagne Culture Diversité (BCD), montrera quelques extraits de films aborigènes mis en ligne sur BED.

Petite histoire à ce ce sujet : en 1991, le Festival de cinéma de Douarnenez consacrait son édition aux Aborigènes d’Australie. Y prenait part Barbara Glowcewzski, anthropologue reconnue et Wayne Barker, documentariste et musicien aborigène originaire de Broome, West Australia.
Ces deux-là se marièrent d’ailleurs pendant le Festival... Plus de vingt ans après, et même si la vie les a séparés, c’est Barbara qui accepta d’écrire le texte introductif sur les Aborigènes sur BED.
C’est elle encore qui sortit de ses placards de vieilles cassettes grises et massives, des BETA, des films de Wayne. Celles-ci, ramenées de Paris par Caroline Troin, furent remises à Erwan Moalic, fondateur du Festival de Douarnenez, puis prirent la route de Rennes où elles furent numérisées par Comptoir du Doc, merci à eux, avant de gagner Lorient où elles se transformèrent en fichiers grâce à Gwenaël Carvou (BCD). Aujourd’hui, les films de Wayne sont donc sauvés de l’oubli grâce à cette initiative, et à cette drôle de chaîne.

A découvrir donc Balgo art, L'esprit de l'ancre, Milli-Milli, trois des films de Wayne. Poursuivre en lisant le portrait de ce réalisateur.
Continuer avec des films bien plus récents sur les luttes environnementales qui sont au cœur des luttes aborigènes aujourd’hui : Sovereignty dreaming, la révolte des rêves, de Vanessa Escalante ou Trois sœurs de Magali MacDuffie. Enfin, pour garder le sens de l’humour, un coup d’œil sur Babakiueria, de Don Featherstone !

Bel été de toutes les couleurs !

Sous les étoiles de Mellionnec, du 23 au 26 Juin !


Catégories : Peuples

Le plaisir du désordre – En présence du réalisateur Christian Rouaud

Sous les étoiles de Mellionnec, dixièmes Rencontres du film documentaire, du 23 au 26 Juin 2016.

Une programmation à la fois ancrée localement, avec la belle série des portraits de Mellionnec, les petits cinéastes, l’investissement de tout un village... et tournée vers le monde. Une programmation qui s’attache au documentaire de création et qui reste fidèle à un cinéaste fort sensible, Christian Rouaud. Jetez donc un œil sur son clip de présentation de Le plaisir du désordre, projeté en avant-première le vendredi 24 Juin au soir.

Un film sur les Rroms nous a beaucoup touchés cette année, Toto et ses sœurs de Alexander Nanau, programmé à Mellionnec.
Le site BED offre toute une sélection de films sur les Rroms, en résonance avec l'édition 2013 du festival de Douarnenez, qui leur fit la part belle...

Autochtones du Canada, entre films et changements...


Catégories : Peuples

Natasha Kanape Fontaine

Depuis l’élection de Justin Trudeau comme premier ministre du Canada, les choses évoluent un peu pour les autochtones de ce pays.
La Cour suprême du Canada a rendu une décision historique fin avril, en reconnaissant que plus de 600.000 Métis et Indiens sans statut constituaient des « Autochtones » au sens de la loi, mettant fin à une bataille judiciaire de 17 ans. Ceux-ci auront donc droit aux avantages accordés aux peuples autochtones, en matière de santé et d’éducation par exemple.

En revanche, la situation dans les réserves indiennes reste toujours préoccupante : le taux de suicide chez les jeunes est 5 à 8 fois supérieur à la moyenne nationale. Radio-Canada informe régulièrement sur ce drame. Comme sur celui des femmes autochtones disparues, qui vient de faire l’objet d’une émission passionnante sur France-Inter le 27 mars dernier.

Nous vous proposons de revoir quelques films importants pour les autochtones du Canada.
The ballad of Crowfoot, un montage d’archives du musicien Willie Dunn, date de 1968 mais reste une pièce à conviction imparable. Dans le cadre des ateliers du Wapikoni mobile, une structure de formation nomade des jeunes autochtones, le film Blocus 138 de Real Junior Leblanc met en lumière la lutte des femmes en territoire innu. Coureurs de nuit de Chanouk Newashish est plus abstrait. Un documentaire de 52’, Wapikoni - Escale à Kitcisakik de Mathieu Vachon revient sur cette belle aventure audiovisuelle.

Enfin, pour changer un peu de registre, humour salvateur avec Où sont tes plumes ? de Mélanie Lumsden et Wildia Larivière ; et une infinie poésie dans Comment les humains ont obtenu le feu ? de Daniel Janks, un film d’animation réussi.

Et pour terminer, pour les amoureux des mots, rendez-vous sur le site de Natasha Kanape Fontaine, poétesse et slameuse innue.

Quand les Chinois nous regardent… au pas de course !


Catégories : Films, Peuples

Voyage en occident

Ce samedi 16 avril aura lieu la dernière rencontre de la saison de l’association “J’ai vu un documentaire”, basée sur Lorient mais nomade pour ce qui est des projections qu’elle organise avec passion.
Ce sera le film Voyage en Occident, à l'auditorium St-Louis à 20h30, en présence de la réalisatrice Jill Coulon. Un thème peu souvent évoqué : les congés des touristes chinois qui viennent découvrir l'Europe en un temps record de 12 jours.

Filmer les touristes chinois dans leur bus aurait pu tomber dans le piège du cliché moqueur. Heureusement, il n'en est rien ici. On rit, oui, parce que ce pas de course est parfois absurde mais aussi parce que la découverte de l'Europe à travers les yeux de ces touristes nous renvoie une image de nous-mêmes et de notre société.
Jeu de miroirs et de contrastes entre deux civilisations, ce road-movie déconstruit avec poésie et intelligence les stéréotypes sur la classe moyenne émergente chinoise et met à nu les images que se font les Chinois de « nous », les Européens et Occidentaux.

Destins Dolganes


Catégories : Peuples

photographie de Nicolas Mingasson

Les Dolganes du Nord Taïmyr (Sibérie) comptent parmi les populations les plus isolées de l’Arctique russe. L’exposition photographique de Nicolas Mingasson constitue une opportunité rare de porter un regard sur ce peuple méconnu.
« J’ai voulu illustrer le quotidien des Dolganes dans ce qu’il a de plus divers. Dans les rues des villages, les jeunes s’habillent (presque) comme en France, le soir appellent sur Skype leurs cousins déjà partis loin vers le Sud, et le week-end, rendent visite en skidoo à leurs grand-parents qui nomadisent encore. »

Du 20 janvier au 7 mars 2016 au Musée de l’Homme

Pour les curieux, les infos du GITPA sur les peuples autochtones de Russie.