Actualités

Les Papous, 20 films et un dossier viennent s'ajouter à BED


Catégories : Peuples

Le Festival de Cinéma de Douarnenez a consacré son édition 2014 aux peuples de l'archipel Indonésien, du Timor Leste et des Papouasies. Pour BED, nous avons choisi de reserrer le focus, et de vous proposer une sélection de films des deux Papouasie, la Papouasie occidentale et la Papouasie Nouvelle-Guinée. Ces Papous ont en effet en commun d'avoir été colonisés et opprimés. Ceux de Papouasie occidentale sont victimes aujourd'hui de la féroce répression indonésienne et sont directement menacés.  Nous avons fait appel à Philippe Pataud-Célerier, journaliste pour le Monde Diplomatique pour vous en parler. Vous pouvez retrouver ses articles sur son site.

Une carte-évocation de Philippe Rekacewicz indique les principaux peuplements papous, et les sites qui sont le territoire d'affrontements terribles, du fait notamment des richesses naturelles que recèle ces sols : or, cuivre, uranium, gaz, et de vastes forêts, sauvagement exploitées aujourd'hui pour l'huile de palme ou comme pâtures pour des éleveurs australiens...

Une vingtaine de films sur les Papous ont été rassemblés, et sont consultables soit intégralement, soit en extraits. Parmi eux, les court-métrages de Papuan voices, traduits en français par le Festival de Douarnenez, et rarement diffusés. Mais aussi des indications pour retrouver les incontournables films de Bob Conolly et Robin Anderson, à l'instar de First contact ; ou de l'anthropologue Stéphane Breton : Eux et moi, Le ciel dans un jardin, ou encore du documentariste Damien Faure.

Enfin des sites et des livres pour continuer seul(e) le voyage en Papouasie...

Des nouvelles des réalisateurs interviewés sur BED


Catégories : Réalisateurs

Le trailer du nouveau film de Corto Fajal est en ligne. Découvrez-le sur la page de Corto Fajal, auteur de Jon, face aux vents. Il s'agit de Tikopia, un carnet de repérages tourné entre mai et juillet 2014. Tikopia ? Une île de l'archipel des Salomon, peuplée de 1200 âmes, qui vit en quasi-autarcie...
à découvrir en 2016.

Maher Abi Samra, réalisateur libanais, achève le montage d'un documentaire sur les bonnes dans la société libanaise, un phénomène très révélateur de cette société complexe. En attendant, revoyez les 10' de Juste une odeur, son film le plus personnel, maintes fois primé.

L'histoire passionnante du film Un homme est mort de René Vautier, avait donné naissance à la bande dessinée éponyme de Kriss et Davodeau. Puis au film de Bénédicte Pagnot Avril 50, chez Vivement Lundi
La BD est aujourd'hui traduite en breton, Un den zo marvet, aux éditions Nadoz-vor

Catherine de Grissac et Bernard Vrignon viennent de créer un site dédié à l'œuvre de Françis Jeanson. Les deux réalisateurs ont choisi de mettre en ligne gratuitement leur film, et ses bonus passionnants, sur ce site. Une initiative généreuse, pour partager plus largement le sens de la vie de cet intellectuel engagé, qui manque en ces temps tumultueux.

Le réalisateur franco-marocain Ivan Boccara achève le tournage de Pastorales, chez les Berbères de l'Atlas marocain, en 2015. Son trailer est drôle et émouvant. A voir sur sa page.

Ronan Hirrien a réalisé en breton deux reportages, visibles sur le site de Bali breizh. 50 vloaz, istor an tele e brezhoneg, revient sur les débuts de la télé en breton, depuis janvier 1964, avec les 30 secondes hebdomadaires de Charlez ar Gall... jusqu'à aujourd'hui. Hanvezh 44, va dever koun regarde vivre Jeremi Kostiou, 24 ans, qui se passionne pour la mémoire des Bretons dans les guerres.

Delphine Deloget, après Qui se souvient de Minik? No London today, signe avec Cécile Allegra Voyage en barbarie, sur le calvaire des Erythréens dans le Sinaï. Un film coup de poing et des témoignages rares.
Avant de voir des extraits du film, une interview avec les deux réalisatrices, réalisée par Le Monde. Et un long reportage, photos à l'appui, paru dans le même journal cet été, à découvrir ici.

Emilie Maj nous emmène découvrir les enfants nomades


Catégories : Films

Emilie Maj, ethnologue spécialiste des Yakoutes, venue participer au colloque de BCD en Octobre 2014, accompagne aujourd'hui la sortie d'un film long-métrage de Christophe Boula, le 25 mars prochain dans les salles de cinéma.

Enfances nomades est un joli périple au sein des steppes d'Asie centrale. A la croisée de trois destinées, celle d’Amraa, le jeune Mongol qui part rejoindre son amoureuse en ville; celle d’Apo, le bébé sibérien perdu dans la neige; et enfin celle de Lhamo, l’enfant tibétaine qui voulait vivre avec son yak…
Trois questionnements, entre tradition et modernité.

En écho au film, un très beau livre de photographies, à la fois carnet de tournage et témoignage unique sur ces destins de nomades. A commander sur le site de Boréalia qu'Emilie Maj anime avec passion.

René Vautier parti filmer plus haut, plus loin...


Catégories : Réalisateurs

René Vautier, cinéaste breton surnommé le petit blanc à la caméra rouge, s'en est allé filmer sous d'autres cieux. Il est mort à Cancale ce 4 janvier 2015, à lâge de 87 ans, après avoir combattu un crabe tenace depuis des années. Toute la presse nationale s'est fait l'écho de sa disparition et les journaux ont dressé d'élogieux portraits.
De notre côté, nous avons préféré, aux éloges panégyriques, de modestes petites pépites... qui nous parlent de Vautier et de ses combats.

- Pour retrouver Vautier, l'émouvant portrait de Richard Hamon «Le petit blanc à la caméra rouge», que l'on peut trouver en dvd chez Vivement Lundi;
et dans les deux cofffrets DVD des Mutins de Pangée. L'un reprend Afrique 50, et l'autre 15 films de Vautier.

- Une interview INA de Vautier en juin 1972, juste après que Avoir vingt ans dans les Aurès ait obtenu le Grand Prix de la critique à Cannes.
On y entend Vautier asséner au journaliste « Tant qu'à crever de faim, autant crever de faim en Bretagne » pour expliquer qu'il y ait fondé l'UPCB (Unité de production cinéma bretagne avec Félix et Nicole Le Garrec, qui resteront ses compagnons de route
- une belle interview, très sensible, de René à 83 ans, proposée par le site Histoires ordinaires, avec des extraits de ses films : René Vautier, le citoyen cinéaste, n'a jamais désarmé par Michel Rouger
- l'Algérie en flammes, 1958, un film de 22' mis en ligne par les archives de la télévision algérienne
- une émission de radio sur RFI, avec sa fille Moïra et Olivier Azam, de la coopérative les Mutins de Pangée

enfin, la page facebook René Vautier, caméra coup de poing
sur laquelle vous trouverez régulièrement des images inédites, témoignages et agenda autour de ses films